Les chauves-souris, une présence importante sur le département de la Dordogne

23 mars 2022

Les chauves-souris, mammifères de plus de 1 400 espèces qui sont utiles pour l’équilibre de la biodiversité 

Les chauve-souris, des animaux aux origines ancestrales qui sont un mystère pour les êtres humains

L’arrivée des chauves-souris dans l’histoire 

Le nom scientifique de ces petites bêtes est « chiroptère » qui signifie « mains ailées ». C’est tout à fait ce qui représente ces mammifères qui volent à l’aide de leurs mains reliées à leurs corps par une membrane qui s’apparente à des ailes. Aux origines grecques formulées « kheiroptera », les chauves-souris ont vu leur nom entrer dans la langue française au XVIIIème siècle. 

C’est Georges Cuvier, de son nom originel Jean Léopold Nicolas Frédéric Cuvier, anatomiste français qui donna cette appellation ces animaux dans son tableau qui recensait les animaux. 

Leur morphologie au service de la nature

Les chauves souris ont un corps qui peut se décomposer en plusieurs parties :

  • Les ailes : elles leur permettent de voler et sont composées comme pour les humains de phalanges et de métacarpes qui forment les doigts. Grâce au système sanguin, elles sont bien approvisionnées en sang et donc en oxygène. Certaines espèces sont même dotées de ventouses au bout de leurs petites mains pour mieux adhérer aux surfaces lisses.
  • Leur bouche : elle émet un son qui les aide à communiquer entre elles et à propulser des ultra-sons. Comme les oiseaux, leurs vocalises peuvent s’apparenter à des gazouillis ou des chants. Les ultra-sons se répercutent sur les objets ou les éléments extérieurs ce qui les guide dans leur localisation.
  • Leurs oreilles : comme expliqué précédemment les ultra-sons qui se répercutent sur les obstacles sont pris en compte par l’ouïe des chauves-souris ce qui leur permet de se repérer dans l’espace. Très importantes pour les mammifères volants, les oreilles sont leur outil principal.
  • Les yeux : leur vue est adaptée à la nuit et aux conditions nocturnes, c’est notamment grâce aux yeux qu’elles effectuent des chemins récurrents. Cela leur sert pour ne plus avoir besoin d’utiliser leur écholocalisation. C’est une grande réserve d’énergie de procéder aux déplacements avec yeux plutôt que les ultra-sons.
  • Le nez : il peut prendre différentes formes selon les espèces et leur sert à se repérer également.

Les chauves-souris et leur importance pour la préservation des vignes en Aquitaine et plus particulièrement dans le Périgord Pourpre

Un bon nombre d’espèces de chauves-souris en Dordogne

France 3 nous annonçait en 2020 que la Dordogne comptait 24 espèces de chauves-souris sur les 34 présentes en France. Avec ce grand nombre de petits mammifères volants, la Dordogne devient le département qui est le plus à surveiller. Contrairement aux idées reçues, les chauves-souris ne se reproduisent qu’une fois dans l’année avec un seul bébé. Malheureusement les changements climatiques et les pesticides mettent en danger leurs bien-être et la biodiversité en général. 

Les chauves-souris ont plusieurs lieux d’habitation, on peut les retrouver dans les cavités souterraines, les cavités d’arbre, les bâtiments où la chaleur s’est accumulée, les dessous de ponts ou encore des gîtes et abris prévus à leur effet. Cela les aide à se protéger et de s’isoler en petits groupes.

Des mammifères volants qui prennent soin des vignobles 

Le département de la Dordogne est pourvu en richesses naturelles avec plusieurs sites naturels et semi-naturels classés au Réseau Natura2000. Il s’avère que les chauves-souris sont d’une aide précieuse pour la préservation des vignobles. Le Périgord Pourpre est notamment connu pour ses vignes et vignobles, c’est là où les chauves-souris entrent en jeu. 

Les mammifères interviennent en tant qu’auxiliaire de culture car ils se nourrissent de nombreux insectes. Parmi eux, on trouve le papillon Eudémis, connu pour ravager les vignes. Désormais 18 colonies sont présentes dans les vignobles du Monbazillac et de Duras. Elles veillent à garder l’équilibre et permettre aux vignes de se développer sereinement en étant protégées des nuisibles.

Sources :

Wikipédia

Site chambre de l'agriculture

Site France 3

Découvrez d’autres actualités du Périgord

Vie périgourdine Zoom sur : l'association 4L Périgord
10 août 2022

4L Périgord, une association qui réunit tous les passionnés de voitures anciennes et plus particulièrement les Renault Depuis 2018 l’association 4L Périgord a pour vocation de réunir les propriétaires de Renault 4 en Dordogne, et toutes les autres personnes passionnées par les anciens modèles de la marque. L’association cherche à rassembler des personnes partageant la […]

Lire l'article
Vie périgourdine Les événements du mois de septembre
9 août 2022

Pour cette rentrée de septembre 2022, nous avons sélectionné pour vous plusieurs idées de sorties à faire pour prolonger l'été. En Périgord Vert, en Périgord Noir, en Périgord Pourpre ou en Périgord Blanc de nombreux événements animeront ce début de dernier trimestre de l'année. N'hésitez pas à déambuler dans la Dordogne et profiter des beaux […]

Lire l'article
Vie périgourdine Qu’est ce que l’écomobilité ? Et est-ce pratiqué en Dordogne ?
8 août 2022

L’écomobilité, une nouvelle manière de se déplacer aussi bien en milieu urbain qu’en espace rural L’écomobilité, c’est quoi ? L’écomobilité est un terme qui est arrivé il y quelques années dans le vocabulaire. Étymologiquement, c’est l’alliance de la compression d’« écologie » pour une réflexion plus durable et responsable, associée au mot « mobilité » qui englobe toutes les […]

Lire l'article
1 2 3 26
Voir toutes les actus

Copyright © 2021. Le Périgourdin. Site internet réalisé par Artefact Design.

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram
Send this to a friend